Mezen, cité interdite

Départ 9 heures, une bonne nuit, réveillés par les chevaux.


Les moucherons sont très petits et très chiants.
Fait pas très chaud, 15° au lieu des 20 ou 21° habituels.
On croise le bus scolaire : c’est le premier lundi de travail dans les écoles, puisque la rentrée est toujours le 1 septembre, quoiqu’il advienne.
Arrivée à Mezen, pauvre petite ville du bout du monde, des personnages en bois un peu partout ; la grande rue, la rue des soviets, est recouverte de plaques de béton :


Un petit tour à l’aéroport où l’avion d’Arkangelsk est annoncé. Un café-gâteaux à la « boutique culinaire » et à la sortie, nous sommes attendus par des gardes frontières. Ça recommence, c’est tous les ans pareils. Longue attente dans le bureau du jeune chef, très ennuyé, très très ennuyé. Au bout de deux heures, ils nous relachent :
— vous voyez la rue des soviets, la-bas ? demande l’un d’eux
— uiiiiiiii je fais
— hé bien, c’est tout droit jusqu’à Arkangelsk !
Et nous voilà partis « assez vite ». Au passage, le panneau que je n’avais pas vu à l’aller (à Заозерье) :

Et un symbole : la photo d’une vieille carcasse rouillée qui dit encore non…


Et de nouveau la route. J’améliore un peu mon contre braquage sur la tole, dans les virages ; ça flotte moins, ça fait moins peur.
Arrêt ce soir, ici.

(gps 64.27125, 42.94257)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.